Développement économique

La problématique

Avec un PIB en hausse et un taux de chômage relativement faible, la vitalité économique de la ville de Québec s’accroît. Cette croissance pose toutefois de nombreux défis. Abordée sous l’angle des besoins en main-d’œuvre, il y a maintenant autant de personnes âgées que de jeunes. Des groupes de discussion menés par Démocratie Québec ont montré que les jeunes de Québec qui songent à poursuivre leurs études à l’extérieur ou à l’étranger tiennent pour acquis que leur avenir n’aura pas lieu à Québec. Pour les nouveaux arrivants, et malgré un niveau de qualifications souvent supérieur à la moyenne, l’incapacité de plusieurs employeurs à potentialiser leur contribution est une perte nette pour tous.

Pour réussir à attirer et retenir les nouveaux résidents et la relève dont la ville a un besoin pressant, il faut, à la base, créer des milieux de vie attrayants, inclusifs et de qualité pour tous. La ville attrayante passe aussi par le soutien aux initiatives d’économie émergente (circulaire, équitable, solidaire, coopérative, de partage, etc.) et la création d’une diversité d’emplois.

La consommation est un moteur économique important, mais l’argent dépensé en ligne et dans les grandes surfaces a un impact moindre sur l’économie locale que celui dépensé dans les commerces de proximité. L’effet de levier provenant des montants dépensés ou réinvestis dans la communauté favorise une économie locale, une viabilité des artères commerciales et des quartiers adjacents ainsi qu’une identification des individus à leur communauté. Alors que Québec affiche un surplus d’espaces commerciaux, le modèle de développement des power centers ne peut se poursuivre au détriment des artères commerciales qui connaissent aussi une augmentation de locaux vacants.

Il faut souligner également que la croissance touristique ne peut continuer de se faire de façon anarchique et il importe de soutenir l’industrie dans ses créneaux en pleine croissance (culturel, spirituel, solidaire, etc.). Enfin, la Ville dépense entre 350 et 400 M$ par année en contrats octroyés par appel d’offres. La règle du plus bas soumissionnaire doit être questionnée. Des pratiques exemplaires et durables ainsi que des choix technologiques pourraient ainsi être encouragés.

La vision

Favoriser un développement économique durable et des chantiers d’économie sociale en concertation avec tous les acteurs économiques que sont, par exemple, les parcs technologiques, les parcs industriels, l’Université Laval, les acteurs socio-économiques, les acteurs coopératifs, le Port de Québec, l’aéroport de Québec, en plaçant le citoyen au cœur des décisions financières et d’investissement.

La proposition

  1. Privilégier le développement des entreprises et des activités commerciales qui s’inscrivent dans une perspective de développement durable, équitable, collaboratif et circulaire, et devenir leader dans ces domaines;
  2. Orienter les choix économiques de manière à privilégier les activités qui ont des conséquences favorables sur l’environnement et sur la santé;
  3. Participer aux avancées technologiques en devenant partenaire ou client dans le développement d’applications numériques innovantes;
  4. Utiliser le statut de capitale nationale du Québec et ville du patrimoine mondial de l’UNESCO sur la scène internationale pour développer de nouveaux créneaux en tourisme durable.

Pour toutes références ou en savoir plus consulter le programme complet de Démocratie Québec (.pdf).

 


 

Devenez membre
Faite un don!
Devenez bénévole