Québec, le 13 février 2015 – Presque 5 ans après avoir adopté le plan de mobilité durable, nous sommes toujours en attente de mesures concrètes pour régler les problèmes de congestion. « La Ville a perdu 5 années cruciales en matière de développement urbain et de transports collectifs et actifs. Pendant ce temps, nous continuons d’assister à l’exode des jeunes familles de la classe moyenne qui s’en vont de plus en plus loin dans le périmètre d’urbanisation. Les gens continuent de perdre un temps précieux dans les bouchons de circulation qui ne cessent de prendre de l’ampleur», déplore Anne Guérette, conseillère du district Cap-aux-Diamants. « Les projets structurants pour consolider le transport en commun et développer le transport actif se font toujours attendre. D’ailleurs, le RTC a connu une baisse d’achalandage en 2014 ».

Selon la dernière Enquête Origine-Destination réalisée par le ministère du Transport, le parc automobile ne cesse de croitre dans la grande région de Québec. Entre 2006 et 2011, le nombre de voiture a augmenté de 15%. Le nombre de déplacements en automobile compte pour environ 75% des modes utilisés, et la congestion augmente, particulièrement en période de pointe.

« La Ville n’a pas mis en œuvre des mesures concrètes pour améliorer la congestion routière. C’est d’autant plus désolant que ces cinq dernières années, elle a connu des changements importants dans l’aménagement de son territoire et son urbanisation », constate Paul Shoiry, chef de l’opposition.

Pourtant, depuis 2009, c’est près de 2M$ en salaires, papeterie et voyages qui ont été déboursés pour un plan de mobilité durable qui n’a pas été mis en œuvre. À cela s’ajoute les 5 740 000$ pour les études sur le tramway et le service rapide par bus (SRB).

« C’est donc près de 8M$ en deniers publics qui ont été investis dans ce dossier. Aucune de ces études n’a été publiées, pourtant le maire a déjà enterré le tramway!» se désole Yvon Bussières, conseiller du district Montcalm-Saint-Sacrement.

« Le plan de mobilité durable adopté en décembre 2010 comporte d’excellentes mesures. Il faut passer à l’action dès maintenant et réaliser la vision de l’aménagement du territoire qui permettra d’améliorer la qualité de vie des citoyens dans les quartiers où se développent les pôles d’emplois» de conclure Paul Shoiry.

Source :
Isabelle Vaillancourt, attachée de presse
Cabinet de l’opposition
Ville de Québec
418-953-1408